Selon le rapport France Stratégie sur l’enseignement supérieur français à l’étranger, publié en septembre 2016, le Vietnam est le 2ème pays d’accueil de programmes français à l’étranger(en nombre, après le Maroc, et le 4e termes d’effectifs).

Au Vietnam, il existe près de 60 formations diplômantes françaises. avec 2 711 étudiants qui y sont inscrits. Tous les domaines sont couverts, de la médecine à l’hôtellerie, en passant par les mathématiques et le marketing.

Ces formations sont dites « délocalisées » car elles permettent aux étudiants de poursuivre des études existant en France sans avoir à quitter le Vietnam. Les mêmes cours sont offerts dans les deux pays, avec à la clé, un même diplôme reconnu en France et au Vietnam. Ces cours sont donnés par des professeurs et spécialistes venus de France, mais aussi par des professeurs des universités vietnamiennes. Les étudiants bénéficient d’un climat international, à la fois exigeant et stimulant.

Quatre bonnes raisons de choisir une formation française

Un diplôme français est une valeur ajoutée dans un parcours universitaire vietnamien.  Les grandes entreprises nationales et internationales installées au Vietnam sont intéressées par les compétences développées dans ces formations. Ce n’est cependant pas la seule raison de choisir une formation française.

1. Choisir une éducation international d’excellence…

La France investit chaque année plus de 30 milliards d’euros dans l’enseignement supérieur, un investissement au service de la qualité des enseignements, mais aussi de la recherche. En effet, avec 12 médailles Fields et 68 prix Nobel, la France est un des pays les plus décorés au monde. Etudier dans une formation délocalisée, c’est donc avoir accès aux meilleurs professeurs-chercheurs et à des formations sans cesse actualisées.

2. … tout en restant au Vietnam

Une formation délocalisée permet d’acquérir de solides connaissances, prodiguées par des professeurs et experts internationaux, tout en restant au Vietnam. Ces formations ont donc l’avantage d’être plus accessibles. En effet, nombre de formations au niveau master sont dispensées le soir et weekend (suggestion: la plupart des formations de ce type au niveau master se déroulent en soirée ou les weekends, permettant ainsi aux actifs de le rester et de poursuivre leurs études), ce qui permet aux actifs de poursuivre leurs études tout en continuant à travailler en entreprise.

Suivre des études dans son propre pays permet également d’économiser le coût d’une expatriation.

3. Etudier dans une université vietnamienne de qualité

Toutes les formations délocalisées sont en partenariat avec de grandes universités vietnamiennes, pour la plupart appartenant au réseau de l’université nationale. Ces partenariats constituent la richesse de la formation, en alliant des professeurs d’universités vietnamiennes réputées, qui connaissent bien les besoins locaux, aux professeurs venus de France. Certaines formations délivrent d’ailleurs un double-diplôme.

4. Faciliter la poursuite d’études en France

La plupart des formations proposent des passerelles pour étudier en France, que ce soit après une Licence pour un Master, ou bien en Doctorat. Choisir une formation délocalisée peut faciliter la poursuite d’études en France, avec les outils pédagogiques et les connaissances nécessaires pour répondre aux exigences des formations choisies.

Quelques exemples de formations diplômantes françaises prestigieuses au Vietnam:

> PFIEV

Le Programme de Formation d’Ingénieurs d’Excellence au Vietnam (PFIEV), lancé en 1997 avec l’appui des ministères français chargés des Affaires étrangères et de l’Enseignement supérieur, fédère l’expertise autour de la formation des ingénieurs au Vietnam. Le programme est issu d’un partenariat entre les Instituts Polytechniques de Hanoï, de Da Nang et de Hô Chi Minh-ville, l’École Nationale de Génie Civil de Hanoï et un consortium de grands établissements français.

Fondées sur l’importance des sciences fondamentales et de l’expérimentation dans la formation initiale, ces études durent cinq ans, sur le modèle des grandes écoles d’ingénieurs françaises. L’ouverture sur le monde de l’entreprise est très recherchée (stages, intervenants professionnels, visites d’entreprises), ainsi qu’à l’international (un niveau minimum en anglais et en français est requis pour l’obtention du diplôme). La formation comprend également des modules de gestion des entreprises et de projets industriels.

Le diplôme d’ingénieur du PFIEV, délivré par le ministère de l’Education et de la Formation du Vietnam, fut le premier diplôme délivré par un pays « du Sud » à être reconnu par la France sur proposition de la Commission française des Titres d’Ingénieur. C’est également le premier programme de l’enseignement supérieur vietnamien à obtenir une reconnaissance internationale.

Plus de 2000 étudiants de ce programme ont reçu le titre d’ingénieur.

> CFVG

Le Centre franco-vietnamien de formation à la gestion (CFVG) est le premier programme de coopération franco-vietnamienne dans le domaine de l’éducation, fondé en 1992 par le gouvernement vietnamien (Ministère de l’Education et de la Formation) et le gouvernement français (Ministère des Affaires Etrangères).

L’école franco-vietnamienne est opérée par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris Ile-de-France (avec ses écoles, l’ESCP Europe notamment), en partenariat avec l’Université de Paris Dauphine et l’IAE de Paris.

Localisé à Hanoï et à Hô Chi Minh-Ville, le CFVG offre aux jeunes cadres vietnamiens une opportunité unique de bénéficier de l’excellence des meilleurs établissements français et internationaux dans les domaines du management (MBA), de la finance et du marketing (Master), ainsi qu’au niveau Doctorat. Le CFVG offre aussi une large palette de programmes de formation continue (EXED).

C’est aujourd’hui un acteur majeur de la formation en management au Vietnam et un remarquable exemple de réussite de la coopération franco-vietnamienne. Le CFVG a diplômé plus de 3 000 étudiants vietnamiens depuis 25 ans.

CFVG Hanoi
Tran Dai Nghia / 207, Duong Giai Phong
Tel : +84 4 38 69 10 66
Fax : +84 4 38 69 17 93
info@cfvg.org

CFVG Ho Chi Minh Ville
54, Duong Nguyen Van Thu
Tel : +84 8 38 24 10 80
Fax : +84 8 38 24 18 86
info@cfvg.org

> USTH

En 2008, un projet d’envergure pour la création d’universités « nouveau modèle » en partenariat avec des pays étrangers a été proposé par le gouvernement vietnamien. Depuis, trois établissements « binationaux » ont vu le jour : l’Université des Sciences et des Technologies, la Vietnam-Japan University à Hanoï, et  la Vietnam-German University à Hô Chi Minh-Ville. 

Les engagements de la France et du Vietnam ont été formalisés par un accord intergouvernemental, signé en 2009, de création de l’Université des Sciences et des Technologies de Hanoï, établissement public de droit vietnamien.

L’USTH est la première université en Asie du Sud-Est à avoir mis en place des cursus selon le schéma « LMD » européen (Licence en 3 ans, Master en 2 ans et Doctorat en 3 ans). Licence et Master sont dispensés au Vietnam. Les masters sont co-habilités par la France. Les doctorants vietnamiens sont accueillis dans les laboratoires du Consortium français. L’enseignement et la recherche se déploient à l’USTH au sein des six départements suivants :

●      Espace et Applications
●      Biotechnologie-pharmacologie
●      Eau-Environnement-Océanographie
●      Énergies renouvelables
●      Matériaux- Nanotechnologies
●      Sciences et Technologie de l’Information et de la Communication

Ces 6 thématiques sont complétées par des formations « transversales » en management/gestion, innovation, et entrepreneuriat. L’anglais, le français et la culture française sont également au cœur de l’enseignement de l’USTH. Les étudiants doivent maîtriser les deux langues à la fin de leur cursus.

À la rentrée 2016/2017, plus de 700 étudiants étaient inscrits à l’USTH, et une centaine de boursiers poursuivaient leur doctorat en France.

La VAST accueille actuellement l’USTH sur son campus de Hanoi jusqu’à l’aboutissement de la construction du parc technologique de Hoa Lac, situé à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Hanoï. Le projet de nouveau campus a débuté par le lancement en février 2014 du concours d’architecture. L’installation de l’USTH à Hoa Lac est prévue pour la rentrée universitaire 2018.


Futur campus et parc technologique d’Hoa Lac

L’offre française au Vietnam :

  • 84 % de formations proposées au niveau Master
  • 70 % de formation entièrement ou en partie dispensées en français
  • 47% de formations en sciences, technologie et santé, 29% en économie-gestion, 15% en droit et 9% pour les autres types de formation

Découvrir les formations diplômantes françaises au Sud du Vietnam: